Journal d'un vélomobiliste

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 23 mai 2015

"equal"

What happened today in Ireland is just stunning, even more so as I remember how things where when I lived there, nearly 20 years ago.

And the way you did it is so refreshing compared to the drama we had here.

Well done, and all the best to those who are getting engaged right now :-)

Wish I had anticipated this and been in Dublin this week-end !

mardi 22 octobre 2013

Ancienne D175 coupée à Maison Blanche (nord de Rennes)

Avis aux cyclistes du nord de Rennes:

D'importants travaux de transformation de l'ancienne D175 dans sa traversée de Maison Blanche entraînent sa fermeture totale (ainsi que le passage à niveau), dès cette semaine et jusqu'au printemps 2014. Aucune traversée de la voie ferrée n'est possible à Maison Blanche, même à pieds. De Maison Blanche, l'accès à la petite route filant vers l'est (et le rond-point "des douze arômes") n'est théoriquement pas possible non plus. Tout le trafic en provenance de Rennes est redirigé vers Saint Grégoire et vice-versa.

En images, cet endroit est au plein milieu des travaux; il n'est pas possible de continuer de l'autre côté de la voie ferrée; et probablement pas non plus prendre la route à droite d'où arrive la Twingo.

Ceci rend inutilisable le meilleur accès à Rennes depuis le nord, en vélomobile en tout cas.

Selon le point que l'on souhaite rejoindre, divers contournements sont possibles, ainsi depuis Betton:

-coté ouest: par Saint Grégoire

-coté est: par la zone commerciale (contrairement à ce que propose l'itinéraire, pas besoin de contourner le magasin de sport)

Dans ce dernier cas, de part et d'autre de la zone commerciale le chemin n'est qu'empierré. Vélo route déconseillé.

Bon courage à tous!

Édit: un peu de fact-checking ne faisant pas de mal, je suis retourné sur les lieux dans sur un véhicule plus manœuvrant; il s'avère que les traversées piétonnes ainsi que vélo sont en fait possibles, et même autorisées par l'arrêté municipal. Mais les lieux sont encombrés, risquant de ralentir le passage d'un vélo peu maniable. Attention à ne pas traîner, le train arrive quelques secondes après la fermeture des barrières. Prudence !

mercredi 3 octobre 2012

Photos Duo normand 2012

Cette année, 6 vélomobiles ont participé.

Les lecteurs du post correspondant du forum jaune ont déjà vu l'URL passer, les visiteurs à la vue d'aigle ont repéré une nouvelle page dans la liste sur la droite depuis hier; pour les autres c'est par ici.

vendredi 7 septembre 2012

Une tribune en passant

Un message d'O'Leave (sur "le forum jaune") signale cette tribune, qui me semble effectivement intéressante:

Le vélo dans l'avenir de nos villes

Il me semble cependant qu'il n'est pas nécessaire de limiter le vélo à la ville. Mais bon, chaque chose en son temps.

mercredi 29 août 2012

Indicateur de stabilité pour vélomobile

Poursuivant sur la question de la stabilité des vélomobiles, j'ai cherché comment on pouvait l’évaluer.

Si l'on connaissait les forces aux points de contact pneu / route, ça serait gagné... sauf que ce n'est pas l'endroit le plus facile pour une mesure.

Dans le cas particulier d'un tricycle, il n'y a que 3 points de contact avec le sol, aussi lorsque la stabilité est compromise, une des roues quitte le sol, les 2 autres faisant pivot. Les efforts sur la roue qui a quitté le sol sont nuls, ainsi la charge qu'elle supportait se réparti sur les autres roues. La stabilité latérale est l'affaire des 2 roues côte à côte, la longitudinale celle de la roue unique.

Si l'on regarde attentivement la suspension avant de nos machines, on constate qu'une biellette reprend les efforts longitudinaux, une autre les efforts latéraux, et que les efforts verticaux ne peuvent passer que par l'amortisseur. Ainsi, la composante verticale de la force exercée à l'interface roue avant / route devrait être identique à la force exercée entre l'amortisseur et la coque.

Il suffirait donc d'installer un capteur de force à cet endroit pour pouvoir évaluer la stabilité latérale: bonne quand l'effort est équitablement réparti sur les 2 roues, de plus en plus mauvaise lorsqu'une roue est délestée. Il y aurait sans doute moyen d'installer une jauge de contrainte, mais avons-nous besoin d'une mesure précise, et pouvons-nous admettre la consommation électrique associée?

Il me semble qu'un signal "la limite est proche" peut être obtenu pour un coût modique et une consommation nulle au repos, comme ce schéma l'indique:



Il représente l'interface entre la coque et le haut de l'amortisseur. Sur la partie gauche, lorsque la roue ne porte aucune charge, à droite en situation normale.

De bas en haut, on trouve:
  • l'amortisseur constituant un des pôles du contact
  • une rondelle classique
  • une rondelle élastique
  • une rondelle classique
  • la coque
  • une rondelle constituant l'autre pôle du contact
  • l'écrou vissé en haut de l'amortisseur

En situation normale, la rondelle contact ne touche pas l'écrou, il n'y a pas de signal. Lorsque la roue associée est délestée, l'écrou vient au contact de la rondelle, le signal est établi.

J'évalue la force sur chaque roue avant, VM vide, à 120N (correspondant à une masse d'environ 12kg). Avec le pilote à bord, cela doit passer au moins à 400N. Ainsi donc, si l'on choisi une rondelle élastique totalement écrasée par une force de 100N, le mécanisme ne bougera que lorsqu'il n'y a plus qu'un quart de la charge normale (ou que l'on soulève le vélomobile). Mieux, ces rondelles ayant un comportement proche d'un ressort, il devrait être possible de changer le seuil entre 100N et 0N en tournant l'écrou.

Au fait, ce signal, pourquoi faire? Au minimum, pour aider le conducteur à apprendre où sont les limites de sa machine tout en gardant une marge "au cas où", dans ce cadre une diode située dans le champ de vision semble suffisante. On peut également imaginer que dans certains cas l'on approche de la limite sans s'en rendre compte, dans ce cas il y aurait peut-être aussi besoin d'un signal sonore. Le klaxon? C'est peut-être un peu beaucoup, à moins qu'il ne soit possible de régler le dispositif pour qu'il se déclenche également lorsqu'un curieux touche un peu trop le VM?

Deux points pour finir: je pensais à une rondelle Belleville, mais celles que j'ai vues sont beaucoup trop rigides pour notre besoin; les rondelles ondulées semblent plus adaptées mais j'ignore si ces dernières acceptent d'être écrasées en permanence (dans le cas d'usage classique, avec des roulements, ce n'est pas le cas). Aussi, je ne suis pas certain que mon montage, qui impliquerait que la coque n'est plus enserrée par la fixation de l'amortisseur, soit convenable vis a vis de la fibre. Cette difficulté pourrait être contournée en agrandissant le perçage de la coque et en réalisant une pièce métallique intermédiaire, mais c'est forcément plus cher / plus compliqué.

Un bricoleur dans la salle pour tenter la chose?

mercredi 8 août 2012

Infrastructure cyclable de qualité

Dans un dans un post récent, Guilhem juxtapose les mots "qualité" et "infrastructure cyclable".

Cela m'a fait penser à une photo que je devais publier depuis quelques temps, pour illustrer la chose:

Dans cette simple image, il y a des problèmes temporaires (les 2 blocs de béton / poteaux / panneau), mais aussi d'autres qui sont définitifs (le manque de place pour tourner tout en évitant la bordure de trottoir et un éventuel piéton; et surtout le potelet gris en plein milieu du passage. Quand à la largeur de la "piste" peinte au sol au premier plan, cela donne une idée de l'importance donnée au cycliste: quelque part entre faible et pas trop grande.

Bref, Incognito préfère passer les 2 ronds-points (séparés de peut-être 20m) sur la route, et s'éclipser sur la piste au passage piéton que l'on voit au loin (slalom inside); quand à Stee, la seule méthode raisonnable consiste à rester sur la route jusqu'après le pont.

Quand on connaît les lieux, on sait ce qu'il est raisonnable (ou non) d'en faire, mais pour qui débarque, c'est le jeu de piste!

lundi 9 juillet 2012

Quelque part en Bretagne...

... et je pense que certains savent où :-)

(click sur l'image pour l'avoir en un peu plus grand, ou ici en beaucoup plus grand)

dimanche 10 juin 2012

Comment tenir debout

En vue de répondre à une question que l'on m'a posé par mail, je vous invite à commencer par faire un petit peu de physique.

Considérons un objet posé sur un support, cette boite par exemple:

A quelle(s) condition(s) va-t-elle rester dans sa position actuelle?

Les éléments du puzzle sont:

  • le centre de gravité
  • les forces qui s'y exercent
  • la surface de contact
  • l’adhérence entre les surfaces

Cote forces, on considère la résultante, dans le cas présent il n'y a que l'attraction terrestre aussi la force est verticale dirigée vers le bas.

Pour le centre de gravité, prenons le centre de la boite.

La surface de contact est un rectangle, quand à l’adhérence, considérons pour l'instant qu'elle est assez élevée pour que la boite ne glisse pas sur son support.

On le voit sur la première photo, la résultante se projette bien à l'intérieur du rectangle de contact, pas de souci la boite est bien stable.

Si maintenant je tourne la boite, elle se retrouve dans un état d'équilibre instable qu'un rien pourrait faire basculer. La projection de la résultante passe maintenant par un des bords de la surface de contact.

D'ailleurs, en regardant la photo, on constate que la partie haute n'est plus vraiment en contact; on ne repose en fait plus que sur une arête.

En généralisant un peu il s'avère que seul l'endroit ou la projection de la résultante traverse le polygone formé par les sommets a de l'importance:

  • à l'intérieur du polygone -> stable
  • sur son pourtour -> instable
  • à l’extérieur -> basculement en cours !

Il ne reste plus qu'à considérer que le contact d'une roue avec le sol est ponctuel (ce qui n'est évidement pas le cas quand on s'approche, mais pour le cas qui nous concerne cette approximation est quand même utile) pour pouvoir postuler que:

  • les véhicules à N roues (N > 2) sont stables dans la mesure où la projection de la résultante des forces est à l'intérieur du polygone (convexe) formé des points de contact des roues avec le sol.
  • les véhicules à 1 et 2 roues sont instables et tombent en continu; l'apprentissage consiste de fait à acquérir les réflexes conduisant à compenser continuellement cette instabilité naturelle.

Notons également que dans certains cas (la première photo par exemple) l'adhérence sur le support peut être trop faible, ainsi un glissement se produit avant que le basculement ne commence.

La suite? Après tenue du bureau de vote & dépouillement.

dimanche 1 avril 2012

La Coulainaise 2012

Cette cyclosportive (qui se déroulait hier, au nord du Mans) a vu la participation d'une grosse douzaine de vélos couchés, d'une foule de vélos classiques... et d'un vélomobile (un Milan).

Plus de photos sur la page dédiée.

dimanche 8 janvier 2012

Quel taux de TVA pour la galette-saucisse?

Depuis que je suis arrivé en (Haute-) Bretagne, il y a de cela 4 ans, j'ai découvert, et me suis habitué à certaines coutumes locales.

L'une d'elles consiste à consommer, lors de fêtes ou autres événements extérieurs, la galette saucisse.

Cette introduction faite, un petit rappel pour les lecteurs ne résidant pas en France: notre gouvernement a décidé in extremis d'une augmentation de TVA pour 2012 (texte voté au parlement le 29 décembre pour une application au 1 janvier).

Pour ceux qui ne se seraient pas livré à l'exercice à la veille de nouvel an, et veulent voir à quoi ressemble le "code source" de ce genre de mesure, n’hésitez pas à parcourir le texte en question (articles 13 et suivants de la loi 2011-1978).

Si ça n'est pas parfaitement limpide en l'état, peut-être parce qu’il faut avoir la version existante et la modifier au fur et à mesure pour s'en faire une version nouvelle consolidée avant que ça ne devienne lisible, ne désespérez pas, la version consolidée est aussi disponible (euh en fait, au 8 janvier la mise à jour est en cours; par exemple à l'article 279 il y a encore l'ancien taux).

Mieux, n'est-ce pas?

Bon alors, la galette-saucisse, TVA 5.5% ou 7%?

Dans le soucis d'éclairer un peu plus les choses, la direction générale des finances publiques vient de produire des instructions. Si c'est (enfin) plutôt lisible par le quidam, l'impression qui ressort est celle d'une complexité infernale.

Quelques exemples de la vie courante me viennent à l'esprit:

  • un morceau de pain jeté à un canard est incontestablement destiné à l'alimentation animale (article 278 bis, 4°) donc taux applicable 7%, s'il provient d'une baguette frappée au taux de 5.5%, est-on fraudeur à la TVA?
  • quel taux pour une boite de (n'importe quelle boisson non alcoolisée)? Le point 51, page 12 des instructions en question, indique clairement que ce ne sont pas des ventes à emporter (donc 5.5%), cependant le point 55, page suivante, parle lui de 7% pour les "distributeurs automatiques de boissons et de produits alimentaires". Et si l'achat a lieu dans une épicerie automatique?
  • enfin, puisque c'est l'essence de la galette-saucisse que la première soit froide, la note 6 en bas de la page 11 (point 47) n'implique-t-elle pas que le taux de 5.5% devrait s'appliquer à la galette? Tout au moins tant que celle-ci n'entoure pas la saucisse, moment à partir duquel il est probable qu'elle ne soit plus nature... et commence à chauffer.

Moralité, il est plus économique d'enrouler soi-même la galette autour de la saucisse.

dimanche 1 janvier 2012

Seasons's greetings

Stee me souffle qu'il est temps de vous transmettre nos meilleurs voeux.

Nous espérons que 2012 vous apportera le plaisir des rencontres, des balades et des découvertes que le vélo (-mobile) suscite.

A très bientôt sur les routes et les chemins!

Season's greetings to all readers of this blog. May the new year bring you all the pleasures, encounters and discoveries riding can cause.

See you soon on roads and paths!


lundi 14 novembre 2011

Les températures baissent...

... c'est le moment de rouler à vélomobile, confortablement abrité du vent à l'intérieur.

Selon la température, l'humidité et quelques autres paramètres, j'utilise un bandeau protégeant les oreilles, un tour de cou, la mousse du cockpit... J'avais prévu un passe-montagne mais le printemps est arrivé tellement vite que je ne l'ai pas encore testé.

Pour l'habillement du reste du corps, il faut pouvoir moduler rapidement: le temps de détacher le vélomobile sur un parking balayé par le vent, une polaire n'est pas de trop; par contre une fois en route il faut pouvoir l'enlever. Pour ne pas devoir me livrer à des contorsions, je l'enfile "devant derrière", sans la fermer. Il est ensuite facile d'enlever une manche puis l'autre et enfin de la poser à coté de soi sans même devoir stopper.

Je ne me souviens plus du moment auquel j'ai commencé à rouler en short, mais je sais que les pantalons me gênent pour pédaler. Avec des leg warmers ça devrait être bien pour une bonne partie de l'hiver.

Par contre, le souvenir d'une rando VTT sur les hauteurs cantaliennes où nous avions dû affronter grésil, vent et chaîne coincée dans une tenue adaptée au mois de juillet qu'indiquait le calendrier m'incite à conseiller à tous de transporter dans le vélomobile de quoi faire de la mécanique sans geler sur place. Des vêtements chauds et imperméables ainsi que des gants me semblent le minimum. J'avais considéré laisser mes habits de travail au bureau, mais au début de l'année, j'ai préféré les avoir avec moi tout le temps pour cette raison. A priori je vais procéder de même cet automne.

Bonnes balades!

vendredi 11 novembre 2011

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'URL de ce blog...

... sans évidement jamais oser le demander.

En début d'année, alors que ma transformation de lourdomobiliste ((c) Fabien) ;-) en vélomobiliste approchait, la question revenait sans cesse dans ma tête: relater mes expériences dans un blog? En serais-je capable? Comment faire, et pourquoi? Ce dernier point est le plus simple: nombreux sont ceux qui n'ont jamais même pris place dans un vélomobile, plus rares encore sont ceux qui ont eu l'occasion de vivre au quotidien les joies (et les tracas) qui vont avec. Comment faire, c'est surtout une histoire de plomberie; cote capacité par contre, ça promettait d'être plus difficile, l'absence d'interlocuteur rendant l'exercice plus compliqué qu'une simple discussion. Je ne peux d'ailleurs pas vraiment dire avoir réussi en la matière, nombre de mes récits arrivant soit fort tard, soit même jamais.

Quest étant arrivé dans ma vie sur ces entrefaites, la décision devenait urgente: à quoi bon raconter ma découverte de ce moyen de transport dans 10 ans, lorsque La Janais sera reconvertie en production de voitures à pédales? C'était maintenant ou jamais, aussi je tordais le bras à ma discrétion habituelle et passais au choix du nom. Faute de l'idée du siècle, "Journal d'un vélomobiliste" ferait l'affaire. Restait donc le nom de domaine ("sleibt.eu"); la première partie était toute naturelle, en effet depuis la fin du dernier millénaire, c'est mon identité "sur les réseaux", un personnage tellement peu virtuel que nombreux sont ceux qui l'ont rencontré en chair et en os au fil du temps. Puisqu'il ne s'agissait pas de parler de vélomobile, mais de mes expériences en vélomobile, il me semblait tout indiqué de le mettre à contribution.

Il n'y avait donc plus qu'à choisir quelle extension utiliser. Entre les extensions absolument pas prévues pour des individus (en particulier dans les procédures de résolutions de conflits) et celles qui ne m'attirent pas, il ne restait au final que ".fr" et ".eu" en lice. S'il est indéniable que mes origines sont Françaises, je me sens pourtant bien plus Européen. Peut-être est-ce d'avoir longtemps vécu dans une région où la folie des nationalismes a laissé de nombreuses cicatrices. Ou encore les souvenirs de rencontres lors d'échanges Erasmus quand j'étais étudiant. Cependant, pourquoi s’arrêter en si bon chemin? "Citoyen du monde", ça serait parfait... mais il n'y a pas l'air d'y avoir d'extension pour cela. Va pour .eu, alors.

mercredi 19 octobre 2011

Matin, midi et soir

Il n'y a pas que le vélo dans la vie, mais également la photo (celles et ceux qui suivent ont aussi vu ces derniers temps pas mal de photos de vélos, cf rubrique "pages", à droite).

Et la photo peut aussi célébrer ce qui fait avancer le vélo, la cuisine.

Par contre je vous conseille de ne pas visiter ce blog si vous n'avez pas encore mangé.

Je crains que les propositions de la cantine soient moins appétissantes.

jeudi 22 septembre 2011

Questions et contact

Que faire quand on est tombé sur ce blog par le hasard d'un moteur de recherche et que l'on a plus de questions après l'avoir lu qu'avant?

On peut utiliser les commentaires pour demander plus d'explications.

On peut également visiter le forum du vélorizontal, qui rassemble un grand nombre de vélocouchistes et autres vélomobilistes francophones. Il y a là une mine d'informations (malheureusement légèrement compliquées à retrouver lorsqu'il s'agit d'anciens posts). Et quand bien même le sujet n'aurait pas encore été abordé, il serait étrange que quelqu'un n'ait pas un tuyau à proposer. La lecture est libre mais il faut s'inscrire (gratuitement) pour poster. Bonus, les rencontres sur un vélo se produisent fréquemment, la rubrique "Les activités du vélorizontal" en témoigne.

Pour les personnes qui s'intéressent au vélomobile sans encore trop bien savoir qu'en penser, c'est plus compliqué. Rencontrer un vélomobiliste peut aider à défricher les bases, mais présente un inconvénient lié au grand nombre de modèles existants, tous plus ou moins adaptés selon les besoins. Mon opinion sur certains modèles, à la lumière de mon usage, n'est pas directement transposable à autrui. Une façon de contourner cet obstacle (au moins quand on est dans le grand ouest) consiste à rendre visite à Joël, au Mans, qui dispose maintenant d'une bonne partie de l'offre existante. Il organise régulièrement des journées d'essai, pendant lesquelles il n'est jamais exclu de croiser aussi quelque utilisateur, pour discuter de la pratique de nos engins au quotidien.

Enfin pour les questions uniquement destinées à l'auteur de ce site, l'adresse e-mail de contact figure en bas des pages de ce blog; il convient évidement de remplacer [chez] par @.

dimanche 11 septembre 2011

Vélomobile à croquer

mercredi 7 septembre 2011

Rentrée

< ... deux cent trente sept, deux cent trente huit, deux cent trente neuf...

> Pfouuu ahhhh, pfouuu, tu m'as parlé?

< Non non, je m'occupe, c'est tout

> Tu fais quoi?

< ... deux cent cinquante trois -à compter les brins d'herbe sur le bas-coté de la route- deux cent cinquante six...

> Quand tu auras fini, on pourra peut-être rouler un petit peu?

< Comme si c'était de ma faute; si Môssieur voulait bien se donner la peine de pédaler, on risquerait moins de se faire dépasser par un escargot!

> Bon bon bon, on se calme. Oui la reprise est un peu dure, mais pourquoi te mets-tu dans cet état, Quest?

< Déjà je me suis ennuyé à mourir, pendant tes vacances...

> Je m'en doutais bien, et j'en suis désolé, mais comment voulais-tu que je fasse autrement? Tu sais bien que la voiture est trop petite pour t'emmener... et?

< Et... tu pourrais me dire qui c'est, ce "Performer"...

> ...

< ... avec qui tu as couché!

> Euh, on a juste roulé, tu veux faire quoi d'autre avec un vélo?

< Évidement. Roulé couché, c'est exactement ce que je dis

> Tu ne veux pas que je reste éternellement le gars qui dit "le vélomobile c'est super" mais qui arrive à peine à démarrer en vélo couché?

< Ça fait effectivement un peu bizarre. Et tu as pensé à moi?

> Bien sûr. La carte postale s'intitule "un vélo pour les grands"

< Il me plaît, ce vélo... mais ça n'a pas l'air bien solide, la roue arrière est mal en point

> Les outrages du temps... Ah mais en parlant de roues, voilà ce que j'ai oublié! Vérifier la pression de tes pneus!

Effectivement, ils étaient décidément mous au toucher. Après un bon coup de pompe, ils ont regagné la fermeté qui leur convient (légèrement moins sur l'arrière). Quest quand à lui a retrouvé son allant et n'a plus l'air de m'en vouloir.

C'est reparti pour une nouvelle saison!

dimanche 28 août 2011

Rencontre sur un parking

Le hasard fait bien les choses: j'ai croisé le (déjà fameux) Wav de David.

Vous devez me croire, il est a bord sur la photo ;-)

Je n'ai évidement pas essayé de rouler à ses cotés, puisque j'avais uniquement Incognito avec moi dans l'auto et que j'aurais donc été totalement ridicule, mais nous avons quand même bien discuté.

(oui, je sais la théorie du hasard est peu crédible, disons que c'était du hasard "aidé par GSM")

samedi 20 août 2011

Paris - Brest - Paris

Tout d'abord, pardonnez-moi de commencer ce post par un message personnel: cher homonyme adepte des montures spéciales (et changeantes jusqu'après la dernière minute), je vous ai dégoté celle-ci:

Le temps de le décrocher, d'huiler la chaine, de vérifier la pression de pneus et ce vélo est pret pour prendre le depart, dans la nuit de dimanche à lundi, de la (17ème) randonnée "Paris - Brest - Paris". Randonnée, mais pas forcément promenade de santé, puisqu'il s'agit de parcourir le trajet (1200km, la Bretagne est grande) en moins de 90h, arrêts inclus. Autant dire qu'en plus des problèmes propres à la gestion de l'effort et à l'alimentation sur une telle distance, la question du sommeil est primordiale. J'arrete là mes explications, avant que mon ignorance ne transparaisse trop, puisque j'ai décidé très tôt ce printemps, alors que j'étais encore très jeune vélomobiliste, que ce genre d'évènement n'était (en particulier sur cette question du sommeil) a priori pas pour moi.

Le rapport à ce blog provient des multiples façons de participer: la plupart des randonneurs (plusieurs milliers) roulent en vélo classique, d'autres (quelques centaines, dont une cinquantaine de francophones identifiés sur le forum du velorizontal) préférent, pour dormir mais également en route, la position allongée, et enfin un nombre se comptant peut-etre sur les doigts ont choisi de s'installer à bord de vélomobiles. Deux de ceux-ci ne sont pas tout à fait étrangers à ma conversion à la voiture à pédales: Ymte, créateur des Quests, et Dominique, par qui le virus fut contracté.

Bonne route à tous, quelque soit votre monture!

mardi 9 août 2011

Traversée de l'amérique à vélomobile

C'est un projet un peu fou, lancé l'an dernier par quelques vélomobilistes européens: traverser les Etats-unis d'une côte à l'autre, en vélomobile évidement. Une façon pour les pratiquants de notre moyen de transport favori du nouveau monde et de l'ancien de se rencontrer. Une façon également de montrer ce que le moteur humain et un véhicule efficace peuvent faire.

Si je suis un trop jeune vélomobiliste pour m'être lancé dans l'aventure au moment où il fallait s'engager, je suis néanmoins avec assiduité leur périple.

Partis de Portland, au voisinage du Pacifique, ils ont traversé les Montagnes Rocheuses sous la chaleur et sont maintenant dans les grandes plaines. Ils seront à Chicago la semaine prochaine, et à Washington point final de leur traversée le 24 août.

Pour en savoir plus sur "Roll over America",  ROAM, voir sur le site, pour le détail des participants (pas de français...) cette page, et des liens vers des blogs permettant de suivre presqu'en direct leur progression.

Je trouve particulièrement interessant de faire remarquer que si tous sont des cyclistes aguerris, habitués de longue date à concevoir leur vélo comme un moyen de transport et non uniquement un loisir dominical de la belle saison, il s'agit cependant de gens "normaux" par ailleurs; il n'est pas necessaire d'être un surhomme pour envisager des déplacements conséquents à la seule force musculaire.

Je leur souhaite bonne route, beaucoup de courage et de rencontres amicales sur leur trajet.

- page 1 de 2