Après 220km en Quest en une dizaine de jours, me voici (temporairement j'espère) contraint de renoncer à l'avion / la fusée / la soucoupe roulante.

Cette difficulté de cohabitation pédales auto / cheville n'est pas entièrement une surprise.

Ce qui est frustrant, c'est que j'ai eu le temps de commencer à entrevoir le coté diabolique (-ment addictif) de Quest.

Bref, il va falloir être un peu patient.