... sans évidement jamais oser le demander.

En début d'année, alors que ma transformation de lourdomobiliste ((c) Fabien) ;-) en vélomobiliste approchait, la question revenait sans cesse dans ma tête: relater mes expériences dans un blog? En serais-je capable? Comment faire, et pourquoi? Ce dernier point est le plus simple: nombreux sont ceux qui n'ont jamais même pris place dans un vélomobile, plus rares encore sont ceux qui ont eu l'occasion de vivre au quotidien les joies (et les tracas) qui vont avec. Comment faire, c'est surtout une histoire de plomberie; cote capacité par contre, ça promettait d'être plus difficile, l'absence d'interlocuteur rendant l'exercice plus compliqué qu'une simple discussion. Je ne peux d'ailleurs pas vraiment dire avoir réussi en la matière, nombre de mes récits arrivant soit fort tard, soit même jamais.

Quest étant arrivé dans ma vie sur ces entrefaites, la décision devenait urgente: à quoi bon raconter ma découverte de ce moyen de transport dans 10 ans, lorsque La Janais sera reconvertie en production de voitures à pédales? C'était maintenant ou jamais, aussi je tordais le bras à ma discrétion habituelle et passais au choix du nom. Faute de l'idée du siècle, "Journal d'un vélomobiliste" ferait l'affaire. Restait donc le nom de domaine ("sleibt.eu"); la première partie était toute naturelle, en effet depuis la fin du dernier millénaire, c'est mon identité "sur les réseaux", un personnage tellement peu virtuel que nombreux sont ceux qui l'ont rencontré en chair et en os au fil du temps. Puisqu'il ne s'agissait pas de parler de vélomobile, mais de mes expériences en vélomobile, il me semblait tout indiqué de le mettre à contribution.

Il n'y avait donc plus qu'à choisir quelle extension utiliser. Entre les extensions absolument pas prévues pour des individus (en particulier dans les procédures de résolutions de conflits) et celles qui ne m'attirent pas, il ne restait au final que ".fr" et ".eu" en lice. S'il est indéniable que mes origines sont Françaises, je me sens pourtant bien plus Européen. Peut-être est-ce d'avoir longtemps vécu dans une région où la folie des nationalismes a laissé de nombreuses cicatrices. Ou encore les souvenirs de rencontres lors d'échanges Erasmus quand j'étais étudiant. Cependant, pourquoi s’arrêter en si bon chemin? "Citoyen du monde", ça serait parfait... mais il n'y a pas l'air d'y avoir d'extension pour cela. Va pour .eu, alors.