... c'est le moment de rouler à vélomobile, confortablement abrité du vent à l'intérieur.

Selon la température, l'humidité et quelques autres paramètres, j'utilise un bandeau protégeant les oreilles, un tour de cou, la mousse du cockpit... J'avais prévu un passe-montagne mais le printemps est arrivé tellement vite que je ne l'ai pas encore testé.

Pour l'habillement du reste du corps, il faut pouvoir moduler rapidement: le temps de détacher le vélomobile sur un parking balayé par le vent, une polaire n'est pas de trop; par contre une fois en route il faut pouvoir l'enlever. Pour ne pas devoir me livrer à des contorsions, je l'enfile "devant derrière", sans la fermer. Il est ensuite facile d'enlever une manche puis l'autre et enfin de la poser à coté de soi sans même devoir stopper.

Je ne me souviens plus du moment auquel j'ai commencé à rouler en short, mais je sais que les pantalons me gênent pour pédaler. Avec des leg warmers ça devrait être bien pour une bonne partie de l'hiver.

Par contre, le souvenir d'une rando VTT sur les hauteurs cantaliennes où nous avions dû affronter grésil, vent et chaîne coincée dans une tenue adaptée au mois de juillet qu'indiquait le calendrier m'incite à conseiller à tous de transporter dans le vélomobile de quoi faire de la mécanique sans geler sur place. Des vêtements chauds et imperméables ainsi que des gants me semblent le minimum. J'avais considéré laisser mes habits de travail au bureau, mais au début de l'année, j'ai préféré les avoir avec moi tout le temps pour cette raison. A priori je vais procéder de même cet automne.

Bonnes balades!