Poursuivons donc (non non je n'ai pas remarqué qu'une semaine a passé :-) ).

La stabilité d'un tricycle peut donc s'évaluer, en première approche, en faisant le ratio "voie avant / hauteur du centre de gravité". A ce niveau-là, c'est encore assez intuitif.

Cependant d'autres éléments jouent:

  • position longitudinale du centre de gravité entre roues avant et roue arrière (au niveau des roues avant = 100% de la valeur ci-dessus, au niveau de la roue arrière = 0%)
  • possibilité de déplacement latéral d'une partie significative de la masse
  • rapidité du véhicule

Ce dernier point pourrait être contestable, mais ma logique est la suivante: la stabilité à l’arrêt est nécessaire, mais c'est bien le passage des courbes qui est le plus intéressant. Un véhicule plus rapide atteindra plus facilement qu'un autre plus lent ses limites en courbe, toutes choses étant égales par ailleurs.

On peut ainsi dresser le portrait robot d'un véhicule particulièrement délicat à maintenir sur 3 roues: il est haut et étroit, le chargement (mobile) est situé sur la roue arrière et il roule vite. Un tricycle transportant sur son porte-bagage une grosse bonbonne d'eau à moitié vide, le tout lâché dans une descente, peut-être?

L'inverse n'est pas beaucoup plus réaliste: un véhicule extrêmement bas tout en étant large et lent, sauf un vélomobile en montée je ne vois pas.

Où se situent les vélomobiles, entre ces deux extrêmes? Vers le milieu, coincés entre tout un tas de contraintes opposées. Chacun est un compromis, qui conviendra plus ou moins à chaque utilisateur.

Prenons quelques exemples (valeurs non scientifiques, mais qui devraient donner une idée):

Modèle         Voie avant     Hauteur        Longueur       Vitesse
Quest Étroite Assez faible Normale Rapide
Waw Assez large Assez faible Normale Rapide
Strada Large Assez faible Normale Assez rapide
Milan Étroite Très faible Normale Très rapide

Nombreux sont les vélomobilistes ayant au moins essayé un Quest; la plupart savent que s'il est tout à fait utilisable au quotidien, sa limite s'atteint sans difficultés. Bien que le Milan ne soit pas plus large, il est nettement plus bas ce qui (aux dires de ses utilisateurs) compense. Quand au Waw et au Strada, s'ils payent d'une moins bonne aérodynamique leurs roues extérieures, cet élément leur apporte un grand surcroît de stabilité.

Ceci amène donc à considérer que le choix d'une machine doit être fait en considérant le terrain:

  • Quest profite de son avantage aérodynamique sur des routes bien tracées et revêtues; il faut penser à modérer sa vitesse dans les zones sinueuses; la garde au sol est suffisante pour passer partout (par contre en chemin ou dans certaines chicanes, le rayon de braquage peut conduire à devoir manœuvrer)
  • Milan est taillé pour la route; malheureusement la nécessité d'obliger les automobiles à réduire leur vitesse conduit à installer toujours plus de ralentisseurs où sa très faible garde au sol est un handicap
  • Strada est un peu moins rapide que Quest sur les bonnes portions droites, cependant la meilleure aisance dans les courbes, sans parler du surcroît de maniabilité apporté par son rayon de braquage plus réduit en font un compromis adapté à des trajets sub-urbains où obstacles, rond-points et autres changements de direction abondent
  • Waw... peut-être devrais-je dire que c'est un compromis entre les 3 précédents?

Ca va rassurer Stee de savoir que pour nos trajets, il a ma préférence. Mais il est naturel, chers lecteurs, que votre situation soit différente.